Entorses du poignet. Lésions ligamentaires.

Qu’est-ce qu’une entorse ?

Une entorse est une lésion des ligaments du poignet.

Le poignet est constitué de plusieurs articulations, il fait la jonction entre les 2 os de l’avant-bras (radius et ulna) et les 8 os du carpe, qui forment 2 rangées.

Les ligaments sont des structures fibreuses, fixées au os, qui assurent la tenue des articulations. Il existe de nombreux ligaments au niveau du poignet, attachant tous les os ensemble. Tous ces ligaments n’ont pas la même importance.

Un traumatisme du poignet par un étirement excessif ou une torsion brutale  peut déplacer l’articulation au-delà de ses limites naturelles, et provoquer une entorse de gravité variable.

Quels sont les symptômes ?

La lésion peut aller d’un simple étirement (entorse bénigne) à la rupture totale (entorse grave) en passant par la déchirure de quelques faisceaux (entorse de gravité moyenne).

L’entorse du poignet provoque une douleur parfois intense. Le poignet gonfle rapidement, et les mouvements sont difficiles. Une prise en charge médicale est alors nécessaire. Certains gestes urgents sont recommandés.

Attention, les douleurs peuvent s’atténuer assez rapidement, en quelques jours, et faire penser qu’il s’agit d’une entorse bénigne.  Ce n’est pas toujours le cas ; un examen spécialisé est conseillé.

Que faire en cas de traumatisme du poignet ?

Pour limiter le gonflement et la douleur, l’application immédiate de froid est recommandée. Le poignet doit être immobilisé par un bandage ou une attelle. Des anti-inflammatoires en gel ou compresses peuvent être appliqués ou administrés par la bouche (sauf allergie), de même que des antalgiques.

Si la douleur persiste après quelques heures, ou si le poignet est gonflé, une radiographie doit être faite en urgence.

Même si le plus souvent les entorses sont bénignes (radiographie normale), elles peuvent être associées à une fracture du radius ou des os du carpe (scaphoïde).  La déchirure des ligaments peut aller jusqu’à la luxation, qui est la perte de contact entre les surfaces articulaires (articulation déboitée). Un traumatisme extrêmement violent peut associer une fracture et une luxation (fracture luxation rétro-lunaire du carpe). En cas de fracture, le traitement chirurgical permettra de traiter à la fois les lésions osseuses et ligamentaires.

Diagnostic

Certains ligaments du poignet sont plus importants que d’autre, et un geste particulier peut être nécessaire pour aider à leur cicatrisation. Si une lésion ligamentaire ne cicatrise pas, elle peut devenir chronique et provoquer une instabilité du poignet et de l’arthrose, ou des douleurs responsables d’une impotence fonctionnelle (perte de force et de souplesse). C’est pourquoi un diagnostic lésionnel précis est nécessaire, car le pronostic est très variable.

La radiographie et un examen clinique minutieux permettent de déterminer le siège de la lésion ; leur nature sera précisée par les examens para-cliniques. L’échographie et l’IRM ne sont pas actuellement les meilleurs examens ; l’examen qui fera le diagnostic le plus exact est un arthro-scanner. Mais il y a aussi de faux négatifs. Le diagnostic peut parfois nécessiter l’aide d’une arthroscopie.

Traitement Orthopédique

Même bénigne, une entorse doit être traitée correctement, en associant le traitement médical, l’immobilisation, puis la rééducation éventuelle. En cas d’entorse bénigne, sans déchirure complète des ligaments, une immobilisation est en général nécessaire, parfois prolongée (jusqu’à 6 semaines, pas plus).  Après un court traitement par anti-inflammatoires non stéroïdiens, le traitement médical peut faire appel à l’homéopathie ou à la phytothérapie.  La rééducation sera le plus souvent rapide. Cependant, même bien soignée, une entorse met longtemps à guérir (6 mois à un an), et des séquelles peuvent persister, à type de douleurs lors des changements de temps, ou à l’effort.

Traitement chirurgical.

Il repose actuellement sur l’arthroscopie du poignet, qui est une technique mini-invasive permettant de voir dans l’articulation à travers de courtes incisions, à l’aide d’une caméra. On peut ainsi aider au diagnostic précis, si les examens complémentaires n’ont pas permis de le faire, ou aider à traiter certaines lésions.

Les lésions du ligament scapho-lunaire sont potentiellement graves, car elles peuvent provoquer une instabilité du poignet (SLAC WRIST des anglo-saxons).

–          En cas de lésion récente (moins de 3 mois), un traitement arthroscopique et une immobilisation des os par des broches provisoires chercheront à aider les ligaments à cicatriser.

–          Une instabilité chronique pourra nécessiter un traitement chirurgical à type de ligamentoplastie (reconstruction du ligament), ou parfois une chirurgie osseuse, faisant appel à la fusion des os du carpe (arthrodèse).

Les lésions du ligament triangulaire sont responsables de douleurs du versant ulnaire du poignet (bord cubital, du coté du 5è doigt). On les connaît beaucoup mieux depuis une quinzaine d’années, grâce au développement de l’arthroscopie. Ce ligament triangulaire, ou TFCC des anglo-saxons, ou complexe triangulaire fibro-cartilagineux est en fait composé d’une partie centrale mal vascularisée, qui joue un rôle de ménisque, et de ligaments qui jouent un rôle majeur dans la stabilité de l’articulation radio-ulnaire distale (ou radio-cubitale inférieure).

L’arthroscopie permet le diagnostic précis, mais aussi le traitement de ces lésions, au prix d’interventions peu invasives, laissant de petites cicatrices.

Ces différentes interventions présentent des avantages et des inconvénients dont vous devrez discuter avec votre chirurgien ; elles ne réussissent pas de façon constante, et peuvent laisser persister des douleurs et une gêne fonctionnelle pendant des années.  C’est pourquoi une prise en charge initiale spécialisée est conseillée.