LA MAIN DU MUSICIEN
par Dr François STRUBE

Quel que soit l’instrument joué, la main du musicien est sollicitée de façon précise, spécifique, répétitive, intensive.

En plus des qualités citées ci-dessus, l’expressivité doit s’exprimer sans entrave. On comprend aisément que les gestes réalisés lors de l’utilisation des mains sont complexes et font appel à une coordination absolument parfaite.

Pour parvenir à jouer d’un instrument, le musicien travaillera conjointement la précision, la force,  la souplesse, la répétition et la coordination, et ceci le plus souvent avec des gestes différents entre la main gauche et la main droite.

C’est ce travail qui peut être à l’origine, lorsqu’il est intensif, de problèmes pouvant imposer la diminution de la pratique de l’instrument voire dans les cas les plus dramatiques, l’arrêt de l’instrument.

Pathologies rencontrées

Bien évidemment le musicien peut être victime des pathologies chroniques classiques rencontrées en pathologie de la main. Citons de façon non exhaustive le canal carpien, le doigt à ressort, la maladie de Dupuytren, les arthroses et rhumatismes, les problèmes cutanés, les kystes et les lésions tumorales.

On rencontre assez souvent des syndromes d’hyper utilisation (overuse syndrom) qui ressemblent plus à un surmenage proprement dit, à la fois physique et psychologique, plutôt qu’à un problème localisé à la main. Il est important de le déceler avant d’aller plus loin dans l’exploration de la main. La prise en charge est bien évidemment différente.

De façon plus spécifique, le musicien est sujet à deux problèmes qui s’expriment le plus souvent par des douleurs : les tendinites et les crampes ou dystonies.

Les tendinites

Le tendon est un organe solide constitué par un trousseau de fibres inextensibles qui relie le muscle à l’os. C’est par son intermédiaire que la contraction musculaire opère le mouvement d’une articulation. On retrouve ainsi des tendons fléchisseurs et extenseurs des doigts, idem pour le poignet, et des tendons qui impriment des mouvements latéraux.

On dénombre plus de 20 tendons dans la main, et tous peuvent être de siège d’une inflammation, d’une « usure » voire d’une rupture. Le pouce, par exemple, en raison de son orientation possible dans de nombreuses positions, possède 9 structures tendineuses s’insérant sur un des trois os qui le composent.

Un examen clinique permettra au praticien de déterminer quel est ou quels sont les tendons susceptibles de générer une douleur. Des examens complémentaires (échographie et IRM surtout) pourra être également réalisée.

Une fois le diagnostic précis effectué, un traitement spécifique sera proposé :

– immobilisation par une orthèse conduisant à la mise au repos du tendon incriminé (l’immobilisation en règle ne prend pas toute la main)

 – méthodes physiothérapiques et massages

– infiltration

En dernier recours la chirurgie peut être indiquée

Bien sûr l’adaptation du geste lors de l’utilisation de l’instrument dans le but d’éliminer le mouvement causal reste la première chose à faire.

Les dystonies

Autant la tendinite est une pathologie relativement facile à appréhender et à traiter, autant  la dystonie représente une difficulté diagnostique et thérapeutique.

La dystonie est un trouble de la coordination des gestes fins de la main et des doigts.

Typiquement, le trouble apparaît au bout d’un certain temps de jeu de l’instrument, souvent après une durée stéréotypée, ou lors de l’exécution d’un passage particulier, par forcément difficile.

Un ou plusieurs doigts, plus rarement le poignet, se mettent dans une position « crispée »  due en réalité à la contraction involontaire et irréductible d’un muscle ou d’un groupe de muscle. Le musicien est alors obligé d’arrêter le jeu et d’attendre que la contraction disparaisse.

Cette contraction est inconstamment douloureuse.

Le diagnostic est essentiellement clinique, et les examens complémentaires seront fait pour éliminer une autre pathologie.

La cause reste mal connue. Il est important de souligner qu’il na jamais été trouvé de lésion neurologique centrale.

On a bien sûr le sentiment un peu flou de percevoir une cause psychologique, mais il est difficile de savoir si la psychologie est la cause ou la conséquence (ou les deux à la fois) de la dystonie.  Le changement de l’instrument, une modification d’une technique dans le doigté ou dans la vélocité, un changement de méthode d’enseignement sont probablement plus simples à analyser et à incriminer.

Comment se déroule une consultation pour une pathologie de la main d’un musicien ?

Le patient doit se présenter en consultation avec son instrument (sauf pour le piano et autres instruments non transportables !). Si le musicien suit un enseignement, la présence du professeur est vivement conseillée.

Les circonstances d’apparition (délai d’apparition, geste, doigté, partition…) seront décrites précisément.

Il est également vivement recommandé que le médecin examinateur ait une culture musicale vraie, au mieux qu’il pratique lui-même un instrument.

Quel est le traitement ?

On dit classiquement qu’il n’y a pas de traitement. Ceci est vrai pour ce qui concerne la chirurgie et les médicaments. Une prise en charge psychologique est préconisée par de nombreux spécialistes sans qu’on puisse en déduire qu’il s’agisse d’un vrai traitement, cette prise en charge psychologique sera envisagée au cas par cas.

Si par contre on aborde la dystonie comme un problème de coordination des gestes fins de la main et des doigts, la solution serait de déceler quel est le moment précis où cette coordination fait défaut au point de déclencher le trouble.

L’examen clinique fin et la collaboration étroite entre le musicien et le médecin examinateur permettront alors peut être de comprendre quel est le geste et la circonstance qui déclenchent cette dystonie.

La kinésithérapie enfin peut faire prendre conscience au patient quels sont les muscles et les tendons qui travaillent. Elle est donc pour nous très importante.

Nous ne pratiquons pas d’injection de toxine botulique A (Botox®, Azzalure®, Bocouture®).

En conclusion

Après avoir éliminé une pathologie banale, le traitement d’un problème à la main chez un musicien reste  à part.

La prise en charge passe par une analyse précise et circonstanciée du geste, si possible avec l’instrument, avec un interlocuteur devant avoir des notions de pratique musicale.

Le traitement consiste à modifier la gestuelle sans altérer les performances musicales, et le musicien sera aidé dans cette démarche par une rééducation spécialisée qui a pour but d’apprendre ou de réapprendre au patient la fonction des différents muscles et tendons de la main

L’immobilisation met au repos les tendons incriminés dans la genèse des douleurs.

La chirurgie demeure exceptionnelle.

Liens

Revue sur la main du musicien dans médecine des arts

http://www.medecine-des-arts.com/Dystonie-de-fonction-du-musicien.html

main et piano

http://www.wellbalancedpianist.com/pianoinjury.htm

professeur TUBIANA (paris)

http://www.institutdelamain.com/pathologies-chirurgie-de-la-main-paris-france/pathologies-des-musiciens

consultation multidisciplinaire pour le musisien (paris)

http://cliniquedumusicien.com/